Historique

    Au début des années 90, la première parcelle de pommiers est plantée à la « Roulière ». Dans le souhait de vendre sa production de pommes en vente directe, Alain PERIDY décide de chercher une parcelle pour pouvoir y implanter un magasin. L’endroit est trouvé, ce sera l’Orbrie. Ainsi, l’entreprise des « Fruits de l’Orbrie » voit le jour sur la route de Clazay. Il décide d’agrandir le verger sur le reste de la parcelle. Au total, 18 ha de pommiers et de poiriers sont plantés et représentent les « Vergers de l’Orbrie ».

 

    Au milieu des années 2000, Alain PERIDY souhaite valoriser les pommes déclassées par le biais du jus de pommes. Il crée ainsi avec Jacky COLLET, son associé « les Jardins de l’Orbrie ». A cette date, l’entreprise se situait à l’Orbrie, à proximité du verger et du magasin. L’activité étant en croissance permanente, le manque de place devenait problématique à l’Orbrie. Donc les Jardins de l’Orbrie déménagent à Bressuire (Zone Alphapac) dans de nouveaux locaux en 2009.

 

    La décision de passer tout le verger en production biologique prend forme et la conversion est réalisée sur 2 ans entre 2009 et 2010. En même temps, une activité de maraîchage voit le jour afin de proposer des légumes bio de saison au magasin. A partir de ce moment là, le verger est entièrement cultivé en suivant les principes de l’agriculture biologique.

    Depuis Février 2013, nous distinguons d’une part le magasin qui correspond aux « Fruits de Clazay » et d’autre part les « Vergers de Clazay » constitués du verger bio aux 18 variétés.

 

    Aujourd'hui, la gérance du magasin est assurée par Pierre COUTONSalarié dans l'entreprise depuis août 2012, l'opportunité de s'associer avec Mr PERIDY s'est présentée : après l'obtention d'un BTS en productions fruitières et d'une licence en productions végétales, je me suis dirigé vers l'arboriculture. A mes débuts dans le milieu professionnel (en 2005), j'ai pu apprendre le métier dans des exploitations (sud Maine et Loire) en agriculture conventionnelle. L'idée de me diriger vers une agriculture plus saine est devenue une évidence. C'est pourquoi, j'ai pu intégrer l'équipe des Vergers de Clazay. 

 

 

ACTUS